Vols de mesure de la radioactivité 2024 de la CENA : pas de valeurs anormales

Lors des vols de mesure effectués les 29 et 31 mai 2024, la Centrale nationale d’alarme (CENAL) n’a pas constaté de valeurs inhabituelles dans les environs des centrales nucléaires de Beznau et de Leibstadt. Les mesures de contrôle ont été effectuées sur mandat de l’IFSN et n’ont révélé aucun changement quant aux résultats des années précédentes.

Sur mandat de l’IFSN, la Centrale nationale d’alarme (CENAL) examine tous les deux ans chaque installations nucléaire suisse à l’aide de ce que l’on appelle l’aéroradiométrie. Cette année, les environs des centrales nucléaires de Beznau et de Leibstadt, ainsi que l’Institut Paul Scherrer et le dépôt intermédiaire central de Würenlingen, ont été mesurés. En 2023, les vols de mesure ont eu lieu au-dessus des centrales nucléaires de Mühleberg et de Gösgen.

Les résultats des mesures ont été publiés par la CENAL dans son Rapport d’exercice et résultats des mesures. La CENAL écrit à propos du programme de mesure dans les environs des installations nucléaires :

Les vols de mesure en Suisse ont eu lieu le mercredi 29 et le vendredi 31 mai et se sont limités au programme standard dans les environs des centrales nucléaires de Beznau (CN B) et Leibstadt (CN L), où se trouvent également l’Institut Paul Scherrer (PSI) et le dépôt intermédiaire de déchets radioactifs (Zwilag). En raison de conditions météorologiques défavorables, le programme de mesure standard a également dû être réduit ; la priorité a été donnée aux lignes de vol situées à proximité immédiate des installations nucléaires.

[…]

Les principales mesures de contrôle ont été effectuées en collaboration avec l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) aux environs des centrales nucléaires de Beznau et de Leibstadt. On n’a constaté aucune augmentation de la radioactivité par rapport au sous-sol naturel en dehors des sites des CN. En outre, aucun changement n’a été observé par rapport aux résultats des mesures des années précédentes.

[…]

La carte du débit de dose ambiant (DDA) représentée à la Figure 1 n’indique aucune valeur suspecte à l’extérieur des aires d’exploitation des CN L et CN B, pas plus que du PSI et du ZWILAG. Les variations observées dans la région survolée sont dues à la géologie, à la topographie, aux cours d’eau et à la végétation. L’anomalie de thorium naturel aux environs de Mandach est connue. La concentration de thorium dans le sol y est supérieure à la moyenne suisse. L’impact du rayonnement produit par ce thorium sur le débit de dose ambiant est très limité et à peine visible sur la carte du DDA (Figure 5). Aucune différence importante n’a été constatée par rapport aux résultats de mesures précédentes dans les environs des CN B et CN L, ni du PSI ou du ZWILAG.

Carte du débit de dose ambiant (DDA) aux alentours des centrales nucléaires de Leibstadt et de Beznau et des installations nucléaires du PSI et du ZWILAG (source : CENAL)