Déchets radioactifs

La Suisse a produit des déchets radioactifs. Ces déchets sont issus pour les deux tiers des centrales nucléaires et pour un tiers de la médecine, de l’industrie et de la recherche. Ils sont enfin subdivisés en déchets hautement radioactifs (DHR), en déchets de moyenne activité à vie longue (DMAL) et en déchets faiblement et moyennement radioactifs (DFMR)

Radioactivité faible, moyenne et élevée

Les DHR sont représentés par les assemblages combustibles usés ainsi que par les résidus vitrifiés issus du retraitement des assemblages combustibles. Compte tenu de la désintégration atomique, ces déchets dégagent beaucoup de chaleur.

Les DMAL comprennent des déchets issus du retraitement (p. ex. gaines, grilles de maintien et embouts supérieur et inférieur des assemblages combustibles) ainsi que des déchets d’exploitation de moyenne activité produits par les centrales nucléaires et les installations de recherche.

Les DFMR concernent quant à eux essentiellement des déchets d’exploitation issus des centrales nucléaires et des installations de recherche, ainsi que des déchets résultant des applications médicales et industrielles de substances radioactives. D’autres DFMR résulteront de l’arrêt définitif et du démantèlement des centrales nucléaires ainsi que des installations de recherche.

Concept de gestion des déchets radioactifs

De longues durées s’écouleront avant que la radioactivité des déchets ne chute à un très bas niveau. En tant que génération tirant profit du nucléaire, nous sommes mis dès à présent dans l’obligation de rechercher et d’appliquer des solutions durables pour la gestion de ces déchets. La loi fédérale sur l’énergie nucléaire prescrit que tous les déchets radioactifs doivent être placés dans des dépôts en couches géologiques profondes. Selon le calendrier actuel, cette mise en dépôt ne commencera pas avant 2035. Mais dès aujourd’hui, les déchets radioactifs doivent être traités, faire l’objet d’un stockage intermédiaire et transportés.

Selon les dispositions de la loi, la manipulation sûre des déchets radioactifs jusqu’à leur stockage durable est du ressort des producteurs de ces déchets. En sa qualité d’autorité de surveillance indépendante, l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) vérifie si les responsables de cette gestion des déchets respectent les prescriptions légales et tiennent compte de l’évolution internationale des sciences et des techniques en ce domaine. L’IFSN attribue et coordonne dans le cadre de la recherche réglementaire en sécurité nucléaire des missions de recherche dont l’objectif est de déterminer le niveau actuel des connaissances scientifiques et techniques, de l’étendre et de le rendre disponible pour les missions de surveillance.

Actualités

Toutes les installations nucléaires se trouvaient dans un bon état au niveau de la sécurité technique. C’est le bilan que tire l’IFSN dans son Rapport de Surveillance 2020. Le nombre d’évènements devant être notifiés se situait dans le domaine des années précédentes. Grâce aux mesures prises tôt par les sociétés d’exploitation, la pandémie de Covid-19 n’a pas eu d’impact sur la sécurité des installations.

Lire la suite

Lors de la planification et de la réalisation de dépôts en couches géologiques profondes pour déchets radioactifs, le niveau actuel des connaissances scientifiques et techniques doit être pris en compte. Lors du 46e Forum technique sur la sécurité, les conséquences des défaillances dans les installations d’un dépôt profond et les éventuels effets des faibles doses de radiations ont été discutés.

Lire la suite

L’IFSN a révisé en profondeur la directive ENSI-G03 sur les dépôts en couches géologiques profondes. La nouvelle version tient compte des recommandations internationales et du plan de mise en œuvre par les responsables de gestion des déchets pour un dépôt en couches géologiques profondes.

Lire la suite

Lors de la 45e réunion du Forum technique sur la sécurité, le Groupe d’experts stockage en couches géologiques profondes (GESGP) a recommandé que les processus de transport du gaz dans l’argile à Opalinus et, en particulier, les propriétés des zones de perturbations verticales soient examinées plus en détail pour les demandes d’autorisation générales.

Lire la suite